Un nouveau d’Alain Berruer : « De la part des anges » (voir le forum)
Edito

Cette fois, ça y est ! Enregistrer au format PDF

Mercredi 28 juillet 2021 — Dernier ajout lundi 8 novembre 2021

On a eu du mal mais ça y est, une grande partie de la promo 71 de l’EFRE de l’époque devenue EFREI Paris depuis, se retrouvera, sauf incident de dernière minute à Villejuif dans les locaux de ce qui est devenu une école prestigieuse. La pandémie de Covid, les inévitables journées d’intégrations des nouveaux élèves ont failli poser des problèmes insurmontables, mais finalement le plus dur est fait !

Si les temps ne sont plus les mêmes, nous n’avons pas à rougir de l’EFRE de notre époque, et quand on lit un peu les souvenirs retranscrits par l’ami Jean-Louis Baudy sur son site, on y voit surtout de bons souvenirs. Enjolive-t-on ? Sûrement ! Le monde a changé disais-je, nous étions loin d’imaginer toute l’évolution des techniques de communication ,les réseaux sociaux, la communication interpersonnelle tout azimut, l’espèce d’ubiquité qui fait qu’on peut être à la fois sur une plage bretonne et au sommet de la tour Burj Khalifa à Dubaï… Et aussi les évolutions de notre monde !

Et nos têtes, elles ont changé ? Moi-même j’ai eu du mal à reconnaître certains : je les aurai croisé dans la rue je ne les aurai pas reconnu, sauf quelques uns avec qui je suis resté en relation. Mais heureusement, grâce au travail acharné de nos fins limiers nous connaissons nos têtes actuelles. De jeunes étudiants tout feu tout flamme, la plupart d’entre nous sont devenus de sages grands-parents, eh oui, le temps passe…

Que reste-t-il à part une certain nostalgie ? Rencontrer de vieux copains, discuter de nos carrières respectives, certains sont devenus de grands industriels, d’autres ont changé totalement d’orientation, des retraités se sont investis dans le service aux autres ou la vie associative ou bien ont entrepris de grands voyages… Certains ont eu de la chance dans la vie, d’autres non. Nous raconterons ce que nous sommes devenus, et puis nous nous effacerons pour laisser la place à ces jeunes qui se demanderont encore quelques temps comment on pouvait faire de l’électronique à cette époque lointaine…

Au 8 octobre et au plaisir de se revoir !